Les racines évolutives de la dépression

Un article très intéressant a été publié dans la revue Cerveau&Psycho de Mars-Avril 2010. Selon une nouvelle approche de la dépression, cet état d’esprit ne serait pas un dysfonctionnement mais une adaptation mentale qui focalise les pensées pour faciliter la résolution de problèmes complexes. Les auteurs se posent la question de savoir pourquoi la dépression n’a pas disparu avec la sélection naturelle et partent du principe que si les états dépressifs ont été conservés au cours de l’évolution, c’est que ce serait une adaptation. En effet, la dépression favorise les ruminations, ces pensées focalisées qui empêchent les personnes déprimées de se concentrer sur d’autres tâches (d’où les mauvais résultats à certains tests neuropsychologiques), qui aident à mieux résoudre des dilemmes sociaux complexes. Ils concluent donc par le fait que les thérapies ne devraient pas empêcher les ruminations mais plutôt les encourager.  

REFERENCES: Les racines évolutives de la dépression, Paul Anders & Anderson Thomson, Cerveau&Psycho n°38, mars-avril 2010. The Bright side of being blue: depresion as an adaptation for analyzing complex problems, in Psychological Review, vol. 116 (3), pp. 620-54, 2009.

Poster un commentaire

Classé dans Psychopathologies

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s